Il y a longtemps, lorsque P'tite Soeur et Clotho craignaient encore d'être lâchement abandonnées dans la forêt ou bien jetées au fond d'un puits, elles lisaient beaucoup d'histoires. Clotho voulait être princesse, bien sûr, et il ne restait plus à P'tite Soeur qu'à jouer les pirates ou les Petit Poucet, manger des sauterelles et taquiner les araignées.

Dans les années 80, quand Clotho s'est vue récompensée d'un premier beau bébé, elle a réalisé toute une série de planches pour illustrer les contes qui venaient à sa bouche. Ouf ! elle avait échappé à une mauvaise prédiction et elle tenait enfin la preuve qu'elle ne crachait ni crapauds ni serpents dès qu'elle voulait parler ! 

Elle avait trouvé -devinez où : rue Monsieur le Prince, fallait le faire, mais il n'y a dans la vie que des hasards remarquables-, et à un prix dérisoire, une petite boîte de gouaches chinoises d'une finesse et d'un éclat extrêmes.

Les planches sont restées dans ses cartons. Mais puisque, hier, elle vous a parlé des arbres creux, elle vous en sort une, juste pour vous montrer.

                                                             histoires_4

       Et une autre encore. Regardez bien les attributs que son héros porte à la ceinture. Les autres instruments, convenaient mieux à P'tite Soeur... Le héros voulait voler très haut, mais en chevauchant une oie et en n'ayant pour tout bagage qu'une aiguille et des ciseaux, pouvait-il vraiment décrocher la lune ?

                                                                  histoires

  ( Si les contes vous intéressent, il vient de sortir chez José Corti, la traduction des contes judéo-espagnols que Mary Crews avait recueillis dans les Balkans entre 1929 et 1935. Les Balkans, l'ancien empire ottoman, où les juifs séfarades, chassés d'Espagne en 1492 étaient allés se réfugier. Formidable histoire de transmission au-delà des siècles, non ? )

                                           AVIS DE TUTO SUR LA BLOGO :

le 25, tuto des fleurs de Clotho.

le 26, tuto des ribambelles de pompons.

Qu'on se le dise !