Portrait d' Hortense.

" Elle aurait bien aimé semer trois petits pois dans un godet qu’elle aurait posé sur ses étagères pour voir si le rai de lumière, à supposer que le ciel fût dégagé, les aurait fait germer, mais elle trouvait cela trop compliqué. En outre, à supposer aussi que des cotylédons acceptent de s’ouvrir comme deux hélices prêtes à se tourner vers un soleil si fugitif, Hortense craignait d’être dépassée par une végétation qui grimperait à l’assaut de sa bibliothèque, s’insinuerait entre les pages des livres, et étoufferait ses souvenirs. Elle avait renoncé. Sans doute éprouvait-elle envers les plantes la même terreur qu’envers les chats, surtout celles qui s’enroulent et qui enlacent de leurs vrilles perverses, masquées sous d’aguichantes corolles, de délicats pavillons bleus, ou de lubriques étendards rouges, ailés de rose, le moindre signe vertical à leur portée. Elle avait même observé chez certaines d’entre elles de ces bizarres oscillations, de ces lascives contorsions, aussi sournoises qu’inquiétantes, à la recherche d’un support devant lequel se tortiller puis s’agripper. Décidément, les plantes aussi avaient d’étranges comportements."

Muriel Daumal. Extrait de La Chaîne.

A l'opposé d'Hortense, dont le nom sonne comme une cruauté, Clotho ne se lasse pas de regarder les plantes et de s'en inspirer...

Les fleurs de Mathilde et un bain de sureau bien fermenté lui ont envoyé ces nouvelles teintures :

                                             sureau_ferment

et d'autres encore. Des mauves, des presque bleus, des verts, des bronze, des moutarde, où l'on retrouve la trace des lichens, les feuilles du noyer, et encore du sureau sur des premiers bains (ou "pieds") de lichen, puis le passage dans la craie qui fait virer au tendre céladon :

                                             sureau_et_bruy_re2

Eh oui, c'est vous qui allez vous lasser...

Eh bien Clotho, les mains tachées de jus et sans relâche tandis que les jours raccourcissent, Clotho crochète un ouvrage de longue haleine ... long comme les jours sans soleil et sans pain, long comme un plaid et qui n'en serait pas un...

                                             lichen_et_sureau 

Mais en attendant d'avoir la clé de ces songes dont on se réveille tard, allez donc voir ICI cette reine du patch qui crochète et trempe aussi ses mains dans les mixtures de plantes. Elle vous propose le grand jeu ! Alors CLIC CLIC et il y en a pour plusieurs mois !

                                                                               coupaillon