D'abord, un long discours....

Avant toute chose vous remercier de vos passages, de vos mots, c'est un peu tout cela qui encourage à poursuivre, à aller jusqu'au bout des ouvrages et parfois plus loin...

Ensuite vous préciser que non, je n'anime aucun stage de teinture végétale, je n'en ai ni les compétences ni les moyens en matériel. J'ai toujours aimé les plantes (parce que j'avais peur des insectes...), j'ai appris pendant des années à les reconnaître et à les nommer, c'est un travail sans fin, et je me suis appliquée à en distinguer quelques-unes qui se mangent de celles qui soignent, c'est un savoir qui se perd très vite et ma mémoire devient fragile, pourtant le moindre carré d'herbe continue à me parler (bobo, bouffe ou couleur...). Je l'ai dit à Sylvie, je ne suis pas jardinière, mais glaneuse, mon jardin est lamentable mais les talus des bords de route, les friches, les fissures des murs sont si beaux alors, nostalgique d'un Paradis perdu et plutôt faignasse, je laisse le travail au Grand Artisan (... sive natura) !

Cette fascination est très ancienne, peut-être remonte-t-elle à l'époque où comme toutes les petites filles nous fabriquions des potions et des mixtures avec p'tite soeur ou les compagnes de jeu que j'ai perdues, il y a longtemps, en Algérie. Epoque où j'écoutais ma mère parler des plantes que sa grand-mère lui faisait cueillir pour aller les vendre sur le marché, quand cette économie de disette et de pauvres lui faisait honte. Moi, elle ravit mon imagination.

Si certaines souhaitent trouver une formation en teinture végétale dans le quart sud-est, elles peuvent s'adresser à Isabelle ou à une association comme couleur garance.

Pour être définitivement claire, ce que j'ai proposé en début d'été, de façon assez confidentielle, ce sont trois demi-journées de stage de crochet.

*   *   *

Qu'ai-je donc récolté cet été ?

Des paysages intérieurs, comme ceux que je bricole en peinture ou que l'oeil photographique repère !

                                         2011-03-061 

Paysages à interpréter avec les fils qui me restaient en abondance d'un premier plaid parti pour des voyages immobiles, certains légèrement modifiés par un passage dans les mixtures, d'autres tels quels, parfois moches et soudain exaltés par le contexte... Ce plaid ressemble beaucoup au premier et pourtant, plus de grenats, plus de rouges, moins de contrastes, mais toujours autant de fils mêlés, avec ce luxe supplémentaire du fond chocolat combiné à deux fils de cachemire et chameau très très fins acquis à la filature de Sérignan .... je pense qu'ils s'agit de fins de cônes utilisés par la dernière manufacture de couvertures de l'Isle sur Sorgues.

Voici donc, lorsqu'elle était en cours, ma glane d'été :

                                        2011-07-01

et puis peu à peu... et tout ce qui paraît blanc ou gris est toujours coloré de deux fils mêlés j'essaie de vous montrer mais sans macro, c'est difficile :

                                        DSCF1932

                                        DSCF1921

                                        DSCF1922

                                        DSCF1923

                                        DSCF1924

                                        DSCF1925

                                       DSCF1933

                                       DSCF1936

Luisy , sur la plage de Boloña, en a vu les derniers carrés...

                                       DSCF1926

                                       DSCF1927

      Et une prochaine fois, je vous montrerai celui que j'ai réalisé avec mes essais de couleurs végétales... Bon retour à toutes !

                                       2011-08-20

                                       Montages20