Du végétal au bocal, c'est le moment. Du moins pour les nobles fermentations.

Récolter ou sortir des cachettes ce qu'on a conservé au sec pour les jours meilleurs. Il y a donc du frais et du sec.

Ecorces de grenade de Villelaure, graines de rumex d'Andalousie, eucalyptus de Cadix ou de Galice, lichens fruticuleux du Luberon et du Verdon, arbousiers du Bec de l'Aigle, ajoncs et lichens du Kerry et du Connemara, immortelles des garrigues, bruyère des calanques, achillée de mes chemins buissonniers, raisin d'ours du Queyras, pastel frais des environs de Buoux et fleurs de coquelicot déjà mis en bocaux... iris du jardin, peaux d'avocat du déjeuner, cupules de glands de la combe de Lourmarin et tout ce qui pousse dans le béton ou les rochers, sur les talus et dans les bois, tout ce qui pourrait donner de la couleur !

                                      2012-05-10

Plonger le végétal dans le bocal. Ranger comme on peut au soleil. Laisser fermenter.

                                      DSCF2830

Tremper l'animal, pardon... juste ses fibres. Mettre à sécher. Attendre le coeur battant.

                                      DSCF2822

Tordre ou bobiner.

                                     DSCF2858

                                     DSCF2857

De l'alpaga lace (800m aux 100gr) bientôt proposé par 50 ou 100 gr pour les tricoteuses qui font dans la dentelle et par kits de petites échevettes de 25 à 30 mètres pour les crocheteuses (ici, juste quelques tons "nature", peu saturés).

                                     DSCF2856

Un travail lent, par quantités très limitées, artisanal, un travail que je ne peux faire que par plaisir.

                                                                                *   *   *

Quelques jours en Irlande m'inspireront peut-être un message, mais il faut que cela décante. Ces jours ont renouvelé le goût pour certaines couleurs

                                     bernard 2012 

                                     bernard 20122

 Et lorsque les bains seront épuisés, ils fourniront encore matière à contempler. Esthétique de la charogne. Voici comment les résidus de chou deviennent objet de ma contemplation sur un tas de compost :

                                     DSCF2846

La matière n'est-elle pas pleine de beauté et de surprises ? Je vous salue, amies et vous promets encore quelques carrés à venir !