2013-12-07

Ceci me rappelle le jour où ma Vagabonde, qui n'avait alors que trois ou quatre ans, a décidé de nous quitter pour aller courir le vaste monde à la recherche de parents bien meilleurs et bien plus compréhensifs. Je la revois encore décidée et droite dans sa jupette, sa queue de cheval dansant sur la tête et son petit sac à dos jaune et vert bien accroché aux épaules. Lorsqu'elle fut au portail de la maison, j'allai vers elle avec une banane : "tiens, prends ça pour le voyage, tu risques d'avoir faim". Cela suffit à la convaincre de rester encore un peu avec des parents si peu deséspérés et si pressés de se débarrasser d'elle. Deux ou trois plus tard, elle nous lança : "de toute façon je ne partirai que quand vous serez cassés!". Ajoutons que c'est la même Vagabonde qui refusa de croquer la moindre pomme rouge, aussi belle soit-elle, à partir du moment où elle découvrit le mauvais sort Blanche-Neige.

 Enfin... Parfois je me demande si le destin ne tient pas à une banane... 

 Les histoires de baluchon, donc, me font donc toujours sourire quand elles ne déclenchent pas un franc fou-rire  et le souvenir de cette gamine déterminée, avec sa jupette, sa petite veste rouge et son minuscule sac à dos.

 Aujourd'hui, j'ai beaucoup mieux à lui proposer. THE baluchon, le big one, pour y fourrer trois kilos de bananes, trois paires de godasses (chez elles on ne les compte plus) et toute une trousse de maquillage. Baluchon dont elle souhaite une version bordeaux, cette gris mauve étant pour moi, rien que pour moi, pour les jours où je voudrai prendre le large.

DSCF4924

DSCF4931

 Sur une base rectangulaire de 40 x 45 cm, crochetée en ms à effet de côtes avec du 6, monter tout droit en tournant sur 50 cm. La laine : deux fils aran trop rustiques pour un vêtement. Il faut vraiment travailler très serré pour avoir un effet de toile solide.

DSCF4936

  Il y a des versions plus modestes, pour petits vagabondages, réalisées avec des restes mélangés façon Clotho.

                                                   Ce n'est pas la vagabonde qui pose mais celle qui se construit une cabane pour y mettre des enfants.