08 mars 2018

nœuds - nudos

   Peut-être est-ce le regard d'hiver qui, ne pouvant s'égarer, passe de la fixité des branches aux rosettes nichées au creux des pierres et des rochers, aux sorédies et aux apothécies d'un peuple de lichens qui vit alors ses heures de gloire.  Cela commence ainsi...  Puis cela gagne roches, peaux, écorces devenues soies.  Quand au début cela sortait d'une nuit presque noire  Toutes les soies (fils et supports) sont teintes par fermentation de végétaux ou en cuve d'indigo... [Lire la suite]
Posté par clothogancho2 à 08:37 - - Commentaires [46] - Permalien [#]
Tags : , ,

29 décembre 2017

les palais sont en ruines - están en ruinas los palacios

et les peintures s'écaillent, mais les rêves demeurent...  Et si dans les décombres il y avait quelque étoffe enroulée ? quelque trace des saisons d'un hier pas encore effacé, de feuilles, d'humus, de tanins des écritures qui à nous seuls se révéleraient, ces hêtres, ces sorbiers qui telles les fougères du carbonifère disent à notre aujourd'hui les luxuriances d'hier ?  A ces lambeaux enfouis sous les décombres, à ces suaires depuis longtemps je songe, et me voilà à assembler l'étoffe des rêves d'enfance,... [Lire la suite]
Posté par clothogancho2 à 17:10 - - Commentaires [33] - Permalien [#]
Tags : , ,
23 décembre 2017

alma mater, mon conte du solstice - alma mater mi cuento de solsticio

Si je n'avais passé ma vie à me raconter des histoires qui sait dans quelle sombre vallée je serais à verser des larmes de damné. Voici mon conte, qu'il coule et qu'il éclaire ces derniers jours de l'année. *   *   *  Ce n'était pas une sylve obscure, le chemin s'enfonçait légèrement à couvert sous l'yeuse et les filaires, parfois empêché par des broussailles et des taillis anciens. Il faisait froid, le mistral soufflait en rafales. Il avait plu la veille et les pieds dérapaient quelquefois. Au loin, lorsque... [Lire la suite]
Posté par clothogancho2 à 18:03 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : ,
06 mars 2017

point final - punto final

Concentré de temps. Points de suture. Trait d'union entre les mois écoulés depuis que fut posée la première pièce. Pourtant, ce tout premier moment, je l'ai même oublié, comme toute origine. Et enfin, point final.  Ah vous trouvez que ça a un air de déjà vu sur ce blog ? Ah ah... mauvaises langues ! c'est qu'il en a fallu de la patience et de la poigne pour venir à bout de la bestiole ! mais ouf, ça y est... on n'en parlera plus. 160 x 200 cm, impossible à photographier avec du recul et une bonne lumière à l'heure où la... [Lire la suite]
Posté par clothogancho2 à 19:08 - - Commentaires [81] - Permalien [#]
Tags : , ,
23 janvier 2017

Points - puntos

 Points. Autrefois, il y avait les bons, ces images pour les enfants sages que nous ne fûmes peut-être pas. Et puis ceux que l'on marque, quand il faut toujours et encore combattre, pour ne fabriquer finalement que des perdants.   Eh bien non. Ici, il y a les points de suture, les petits points, ceux que l'on fait dans le silence, loin des clameurs et des rugissements. Comme une méditation.  Faire du bon, du vrai et du juste passe aussi par le beau, je n'en démordrai pas. C'est là que je fais le... point sur la rumeur... [Lire la suite]
Posté par clothogancho2 à 14:20 - - Commentaires [37] - Permalien [#]
Tags : , ,
20 novembre 2016

petits points pour poings levés - de puntos y puños

 Bohême, on ne se refait pas, et à défaut de lever le poing on le serrera et on continuera les petits points.  Le défi serait de réaliser un bracelet par jour jusqu'à épuisement de ce galon offert avec une commande mais dont je ne voyais pas l'usage car la couleur ne m'enchantait guère. Au moment de me défaire de la chose, l'inspiration est venue.  Un par jour ? il ne faut pas y songer, mais l'intention n'est-ce pas ce qui compte ? Quelques perles, quelques dentelles trempées dans les bouillons... [Lire la suite]
Posté par clothogancho2 à 10:37 - - Commentaires [55] - Permalien [#]
Tags : ,

14 septembre 2016

la lenteur - la lentitud

   Il y a sans doute un paradoxe à la lenteur des points qui unissent la soie à la toile : ce fourmillement, ce monde plein et grouillant d'où émergent de vagues formes n'est qu'une approche du vide.  Une à une se déposent les pensées qui encombrent.  Il y eut des joies, des blessures, des enthousiasmes, des déceptions, des naissances, des morts... traces au fond millénaires de toute humanité, traces qui devraient nous confondre dans une même tendresse, nous si semblables, et qui, pourtant, nous... [Lire la suite]
Posté par clothogancho2 à 18:29 - - Commentaires [27] - Permalien [#]
Tags : ,
17 juin 2016

belles parures - ricos adornos

 Enfants, nous tressions des couronnes de lianes et enfilions des étoiles de bourrache pour en faire des parures... Nous étions princesses.  Il suffisait de rien.  Avec des riens encore, des chutes qu'on ne peut pas jeter, quelques perles colorées qui deviendront peut-être colliers.  Le point-arrière ferme directement la perle, il donne plus de relief qu'un point-avant. Afin de ménager le trou, on enroule sans pitié autour d'un crayon qui souffre le martyre, on serre bien :  Et puis, il y aurait ce... [Lire la suite]
Posté par clothogancho2 à 17:51 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags : , , ,
08 mai 2016

un pas en avant, deux en arrière... ¡qué largo es el camino!

 Produire, toujours produire et puis montrer, montrer... s'abrutir, répéter, répéter. Pas question d'étaler les 6 ou 7 pulls XXL et "top-down" (oh, très chic en anglais) bêtement tricotés cet hiver devant des programmes TV encore plus bêtes. Avec mes aiguilles circulaires, j'ai beaucoup tourné en rond.  Et puis,  il y a eu les... ratés !  Au crochet, ils mesuraient déjà 120cm x 120cm. Entièrement défaits. Tchac, pan ! Allez savoir pourquoi, quelque chose me dégoûtait au fur et à mesure que "feu ce plaid"... [Lire la suite]
Posté par clothogancho2 à 11:26 - - Commentaires [49] - Permalien [#]
Tags : , ,
20 août 2015

je reviens d'un pays de brumes... - vuelvo de una tierra de neblinas...

... d'un Finis Terrae, d'une côte qui s'efface au petit matin et parfois disparaît jusqu'au soir.  D'un pays gris, aux lumières rasantes, où la vague dépose des festons qu'elle rebrode sans cesse... bris d'algues et de coquillages, gorgones échouées... Terra galega, de meigas e bruxas, où tout chemin tracé se perd dans les fougères, où la pierre parle quand l'eau ne rugit pas. Travail en cours sur chemise ancienne, soies teintes par fermentation de végétaux, sans mordançage.
Posté par clothogancho2 à 22:26 - - Commentaires [51] - Permalien [#]
Tags : , ,