1891. Tandis que d'un bout à l'autre de l'Afrique, la France jouait à semer une zizanie dont ses arrières petits enfants ne sauraient pas encore se dépêtrer, Ninette descendait la colline et longeait en s'essoufflant la rive de la Durance.

Ce matin-là elle devait rejoindre le sanctuaire perché sur son balcon de pierre. Elle avait remonté sa jupe et on voyait son cotillon. Jo l'attendait à Saint Eucher, elle avait tout juste quinze ans...

Depuis dix ans toutes les ninettes, par décret, savaient écrire leur nom et notre Ninette était allée à l'école de Beaumont. Ce matin-là, elle tenait donc serré un petit crayon.

                                                          DSCF1509

Ce matin-là... l'herbe était neuve et l'eau suintait dessus la pierre. Ninette perdit un soulier.

                                                         DSC04729

Ce matin-là, l'herbe sentait l'ail froissé et le poireau sauvage, et Ninette perdit un bouton de nacre, elle tacha son jupon.

                                                         DSC04769

(Quinze ans après, dans une tranchée, on sait ce qu'il advint et Ninette perdit JO, il lui avait donné deux beaux enfants).

                                                         2010_12_222

Mitaines Ninette.

Je ne me lasse pas d'aller à Saint Eucher. Sous ses murs effondrés coule, couler, coule sans cesse la Durance.

                                                          R_cemment_mis___jour3

Le printemps pointe ici le bout de son nez. Oui, vingt bons degrés dans les vignes et sur les chemins ! L'air tiède sur les tours de Cucuron et au pied du château d'Ansouis.

Nos amies Dominique et Agnès, de la fabrique Melosa, vous proposent de le préparer !

                                       P1010152